AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Varaweil

Aller en bas 
AuteurMessage
Tourment
Loup Simple


Nombre de messages : 230
Age : 23
Date d'inscription : 01/01/2011

Caractéristiques
Meute:
Relations:
Bloc-note:

MessageSujet: Varaweil   Lun 21 Fév - 15:07

Nom : Varaweil

Sexe : Femelle

Age : 3 ans

Description physique : De taille moyenne, très musclée pour une femelle, elle possède une fourrure toute simple, grise et blanche mêlée de roux et de fauve. Ses yeux, par contre, méritent le détour : aussi rougeoyants que des flammes crevant la nuit, ils impressionnent toujours ses adversaires.
(voir signature)

Description caractère : Cruelle, folle, sadique, sauvage, sanguinaire et destructrice, tous ces adjectives conviennent sans peine à la description de Varaweil. Cette louve est une vraie furie. Rendue aussi fourbe et mauvaise par les épreuves de la vie et la folie des hommes, la jeune louve ne changera probablement jamais. Elle n'a qu'un objectif dans la vie : tuer. Sa liberté compte plus que tout et elle est très méfiante, constamment sur ses gardes, ne faisant confiance à personne. Elle déteste tout le monde, mais par-dessus tout les humains, qui l'ont battue et torturée pendant une année entière.

Aime : Le sang, se battre, la souffrance (la sienne et celle des autres), chasser, courir, la liberté, sentir la chaleur du soleil et le souffle du vent sur sa fourrure

N'aime pas : Les lâches, les pleurnichards, les humains, les autres loups, les chiens, être enfermée, le froid

Point fort : Son courage, son expérience dans les combats,...

Point faible : Sa phobie des espaces clos. Elle ne supporte pas non plus le froid.

Histoire : Varaweil n'a pas eu une vie facile. Elle naquit dans un minuscule terrier, creusé à la hâte dans la neige, en plein coeur de l'hiver. Sa mère, trop occupée à se trouver de la nourriture -quasi inexistante en ces lieux- délaissa bien vite ses petits. La moitié d'entre-eux mourut de froid dans la nuit sans avoir eu le temps de connaitre la douceur du lait maternel. La louve, que son instinct rappela à l'ordre, revint pourtant s'occuper de sa progéniture. La petite famille vécut tant bien que mal pendant quelques semaines dans cet enfer blanc, puis, le printemps arriva, apportant son lot de proies à se mettre sous la dent avec lui. Varaweil grandissait, heureuse, avec l'insouciance due à son âge. Cependant, une séries de sombres évènements allait bientôt venir mettre un terme à son enfance. Une nuit, un groupe de loups aussi mauvais que la peste, appelé la meute des vagabonds, pénétra dans la clairière où s'étaient établis les louveteaux et leur mère pour la belle saison. Ils massacrèrent les frères de Varaweil et se partagèrent leurs carcasses avant de violer leur mère, tout cela sous les yeux de la loupiote, terrifiée, cachée dans un buisson. Dès lors, Varaweil se mit à haïr les autres loups, en particulier les mâles, et à mépriser sa mère, dégoûtée que celle-ci n'ait pas fait le moindre geste pour protéger ses petits. Si elle, Varaweil, avait été plus âgée et plus forte, elle les aurait tués sans pitié. Mais sa mère, lâche et soumise, avait préféré laisser ces monstres bafouer son honneur et se repaître des dépouilles de ses enfants plutôt que de les affronter. Varaweil resta pourtant à ses côtés, sa mère étant la seule famille qu'il lui restait au monde. Les mois passèrent. La petite louve avait bien grandi et apprenait désormais à chasser et à survivre dans ce monde de tous les dangers. Ce fut justement lors d'une de ces chasses que survint l'évènement qui scella le destin de Varaweil à jamais. La mère et la fille pourchassaient un chevreuil depuis plusieurs minutes déjà quand celui-ci les entraîna vers l’orée du petit bois composant leur territoire. En temps normal, les deux louves ne s'approchaient jamais de cette frontière, mais cette fois-ci, la faim avait été la plus forte. Alors qu'elles bondissaient hors du couvert protecteur des arbres, aveuglées par le désir de se repaître de leur proie, la mère et la fille étaient tombées nez à nez avec un groupe de braconniers. Elles furent repérées avant de pouvoir fuir et les hommes lâchèrent leurs chiens sur les deux femelles. Une course poursuite éreintante s’ensuivit. S'ajoutait à cela la peur des deux louves, talonnées de près par leurs agresseurs. Bientôt, la mère de Varaweil, moins vigoureuse que sa fille, s'effondra sur le sol, épuisée. Et malgré le fait que sa fille ne la porta pas toujours en son coeur, il s'agissait de sa génitrice, celle qui lui avait donné la vie. Aussi, la jeune louve fit demi-tour afin de lui porter secours. Elle se jeta avec la rage du désespoir dans un combat perdu d'avance, seule contre six chiens pour la plupart deux fois plus gros qu'elle. Voyant avec quelle puissance et quelle sauvagerie la loupiote égorgeait leurs chiens, les chasseurs eurent une idée. Une idée qui leur rapporterait bien plus gros que s'ils décidaient de tuer la jeune femelle pour vendre sa belle fourrure. Ils rattrapèrent donc les chiens encore vivants avant que ceux-ci ne massacrent la petite combattante, puis tuèrent la louve la plus vieille, avant de s'occuper de la jeunette. Varaweil, gravement blessée et affaiblie par son combat, se laissa museler et attacher sans protester. Lorsqu'elle se réveilla, la louve était étendue dans une cage à peine assez grande pour qu'elle puisse s'y tenir debout, au beau milieu d'une cave sombre et puante. Ses plaies avaient été nettoyées et pansées. Elle demeura dans sa prison pendant de longs jours, sans eau ni nourriture. Quand enfin on vint la chercher, elle eut juste droit à un peu d'eau, puis on l'emmena, non sans mal, à travers des couloirs aux murs recouverts d'immondices, jusqu'à une salle bruyante et bondée de monde. Varaweil fut enfermée dans une petite arène grillagée. Elle vit alors entrer face à elle deux énormes dogues, la bave dégoulinant de leurs babines, tous crocs dehors. Elle comprit alors pourquoi on l'avait emmené ici : pour se battre. S'ensuivit une longue année de souffrance, de morts, de sang et d'affrontements, toujours plus violents. Chiens, loups, ours, lynx, couguars, les adversaires de Varaweil étaient toujours plus forts, toujours plus sauvages, rompus à l'art du combat. La jeune louve faillit frôler la mort bien des fois mais en sortit toujours triomphante. Pratiquement vidée de son sang, mais triomphante. Chaque jour, elle aimait un peu plus donner la mort et sentir le sang de ses victimes dans sa gueule. Chaque jour, elle haïssait un peu plus ses adversaires et les humains, ceux qui étaient la cause de toutes ses souffrances. Varaweil aimait profondément se battre et tuer, mais la liberté et la nature lui manquaient. Le ciel, la terre, l'exaltation de la chasse, la chaleur du soleil, la pluie lui manquaient. Les arbres, la nuit, la lune, le vent lui manquaient. Elle tenait à sa liberté plus que tout et ferait tout pour la retrouver. Aussi, elle décida qu'il était temps de filer. A la première occasion, elle prit la poudre d'escampette, abandonnant pour toujours la captivité et la folie des hommes. Elle revint dans sa forêt natale, ces bois qui l'avaient vu naître et qui lui étaient si chers. Là, elle réapprit la vie sauvage, chassant pour se nourrir et dormant à la belle étoile, ses instincts ne l'ayant pas délaissée malgré le temps passé auprès de la civilisation. Varaweil était de nouveau comme avant, libre, seule et sauvage, mais un élément manquait cependant à son bonheur : les combats. Elle se mit donc à se battre avec des vagabonds, ou d'autres solitaires tout comme elle, perpétuant sa longue quête d'errance et de vengeance à travers Terre des Loups.

Meute choisie : Solitaire

Rang : Louve Simple
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Varaweil
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Terre des loups :: Avant de jouer :: Présentation :: Personnages déja crées-
Sauter vers: